29 février 2024

Communiqués de Presse EDF

  • [Rance I Communiqué] Un chantier titanesque sous la mer en cours
    par stephanie.delugeau le 23 février 2024 à 9h55

    [Rance I Communiqué] Un chantier titanesque sous la mer en cours stephanie.delugeau Ven 23/02/2024 - 10:55 Un chantier titanesque sous la mer en cours L’activité bat son plein à l’usine marémotrice de la Rance. Avec 30 millions d’euros investis sur 2021–2026, EDF y rénove actuellement l’un des vingt-quatre groupes de production d’électricité. Un chantier de grande ampleur de 19 mois. Son objectif : garantir le bon fonctionnement de ce site unique d’une puissance de 240 MW qui produit la première des énergies renouvelables grâce aux plus grandes marées d’Europe, ce qui lui donne l’avantage d’être prédictible. En 2023, ce site représente un peu moins de 10 % de l’électricité produite en Bretagne et permet d’alimenter en électricité l’équivalent de la population de la ville de Rennes, soit 225 000 personnes.  De novembre 2023 à mai 2025, EDF rénove complètement l’un des vingt-quatre groupes de production de l’usine. Il s’agit du 5e groupe rénové depuis 2012. De type « bulbe», le groupe de production est l’organe qui transforme l’énergie de l’eau en électricité. Il est principalement constitué d’une turbine (roue avec 4 pales) qui entraîne un alternateur (composé d’un rotor et d’un stator) fonctionnant à l'intérieur d'une coquille étanche profilée en forme de bulbe de fleur. L'ensemble est immergé dans l’eau. 6 mois sont nécessaires pour le démonter. Après avoir rénové chaque pièce, EDF procèdera au remontage.   « Il s’agit d’importants travaux qui exigent technicité/savoir-faire et font appel à de multiples compétences : mécaniciens, usineurs, soudeurs, automaticiens, électriciens, transporteurs, échafaudeurs… Un groupe de production d’électricité mesure 14 m de long, 5 m de diamètre et pèse 470 tonnes. 16 salariés EDF travaillent à plein temps sur le démontage de la machine et une cinquantaine de partenaires est également mobilisée sur ce chantier de 19 mois qui représente un investissement de 6,7 millions d’euros » nous explique Jean-Marie Loaec, responsable de l’usine marémotrice EDF.  Un convoi exceptionnel le 28 février Le moulinet, un ensemble de pièces de 87 tonnes, sera transporté par convoi exceptionnel entre l'usine marémotrice et l'atelier de maintenance mécanique EDF Hydro situé à Dinard où il sera entièrement rénové. Cet ensemble est le plus lourd d’un groupe de production d’électricité que l’on manutentionne. Il mesure 7 m de long et peut atteindre un diamètre de 3,2 m.  Ce convoi exceptionnel de 18 m de long, sera effectué sur 5 km. Il devrait durer 20 minutes. La circulation sur la route départementale 168 dans le sens Saint-Malo vers Dinard sera donc momentanément réduite sur une seule voie.  Plus de 7 millions d’euros de travaux en 2023 C’est le montant investit par EDF au bénéfice de la performance et de la sûreté de l’usine marémotrice l’année passée avec des chantiers structurants parmi lesquels : le remplacement de l'un des 3 transformateurs, la poursuite de la rénovation du contrôle commande pour optimiser le pilotage de l’usine et la réalisation de maintenances spécialisées sur deux groupes de production. Comme chaque année, ces travaux ont mobilisé environ 100 entreprises bretonnes.   20240223_CP_EDF_Rance_Travaux en cours_De.pdf 20240223_CP_EDF_Rance_Travaux en cours_De.pdf (331.45 Ko) Journalistes Communiqué de presse Energies renouvelables Energie hydraulique Ven 23/02/2024 - 10:54 Bleu foncé (#001A70) Droit groupe_edf_fr/fr/rance-i-communique-un-chantier-titanesque-sous-la-mer-en-cours  Stéphanie Delugeau   Chargée de communication  EDF Hydro Centre  06 48 39 69 20 Stephanie Delugeau

  • BNP Paribas et le groupe EDF signent un partenariat pour accompagner les clients particuliers de la banque dans la rénovation énergétique de leur logement
    par Anonyme le 20 février 2024 à 8h16

    BNP Paribas et le groupe EDF signent un partenariat pour accompagner les clients particuliers de la banque dans la rénovation énergétique de leur logement Anonyme Mar 20/02/2024 - 09:16 BNP-Paribas-et-le-groupe-EDF-signent-un-partenariat.pdf BNP-Paribas-et-le-groupe-EDF-signent-un-partenariat.pdf (159.67 Ko) Marguerite Bérard, Directrice de la Banque Commerciale en France de BNP Paribas, et Marc Benayoun, Directeur Exécutif en charge du Pôle Clients, Services et Territoires d’EDF, ont signé le 19 février 2024 un partenariat pour proposer des solutions de rénovation énergétique aux clients de BNP Paribas. A travers ce partenariat, les conseillers bancaires sensibiliseront leurs clients à l’intérêt de réaliser des travaux de rénovation énergétique pour réduire leur facture d’énergie, améliorer le confort de leur logement et faire évoluer leur DPE[1]. Ils les aideront à identifier les travaux à réaliser dans leur logement grâce au simulateur proposé par IZI by EDF, la marque de service grand public d’EDF. IZI by EDF orientera ensuite les clients vers la solution la plus adaptée, de l’installation d’une pompe à chaleur jusqu’à une rénovation globale comprenant notamment l’isolation, le changement des ouvrants et l’installation d’un système de chauffage performant. IZI by EDF accompagnera les clients dans leurs démarches et mandatera des professionnels locaux et certifiés RGE pour la réalisation des travaux. Chaque chantier sera contrôlé par les experts d’IZI by EDF et fera l’objet d’un nouveau DPE qui permettra de confirmer les résultats des travaux. Les aides financières (MaPrimeRénov’, Certificats d’économie d’énergie, aides gouvernementales), auxquelles les clients seraient éligibles, seront directement déduites du devis par IZI by EDF, et le reste à charge du projet pourra être financé via un prêt avec un taux allant de 0% à 2,82% grâce à Domofinance[2], spécialiste du financement des projets de rénovation énergétique. Cette nouvelle solution vient compléter une large gamme d’offres pour accompagner les clients de BNP Paribas dans la rénovation énergétique de leur logement avec notamment les offres de crédits Energibio et Energibio Acquisition, très prochainement l’éco-PTZ, et la plateforme MonProjetRénovation. Le partenariat démarrera par une phase de test dans 80 agences des régions Île-de-France, Centre-Val de Loire, Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes dès le mois d’avril 2024, avant d’être étendu à l’ensemble du territoire à l’automne 2024. « Ce partenariat avec IZI by EDF marque une nouvelle étape dans l’engagement de BNP Paribas pour accompagner ses clients dans la rénovation énergétique de leur logement. Nous sommes ravis de pouvoir proposer à nos clients une offre simple et complète d’accompagnement à chaque étape de leurs travaux de rénovation énergétique. Ce partenariat s’inscrit dans notre démarche d’entreprise visant à contribuer à l’atteinte d’une économie neutre en carbone à horizon 2050. » déclare Marguerite Bérard, Directrice de la Banque Commerciale en France de BNP Paribas. « Nous remercions BNP Paribas pour sa confiance. Le groupe EDF a développé depuis plusieurs années au travers de sa marque IZI by EDF son expertise en matière de rénovation énergétique auprès des particuliers, qui nous permet aujourd’hui de proposer aux clients des solutions de rénovation clés en main. Nous sommes ravis de nous engager dans ce partenariat pour simplifier le parcours des clients vers la décarbonation de leurs logements. » déclare Marc Benayoun, Directeur Exécutif en charge du Pôle Clients, Services et Territoires du groupe EDF.     [1] Diagnostic de performance énergétique. https://particulier.edf.fr/fr/accueil/solutions-pour-habitat/travaux.html [2] Né de l'alliance de deux groupes leaders dans leurs domaines respectifs, EDF et BNP Paribas Personal Finance, Domofinance est le spécialiste du financement des travaux de rénovation énergétique de l'habitat au sens large : isolation, chaudière, pompe à chaleur, chauffe-eau, fenêtre, chauffage bois ou électrique, panneau solaire photovoltaïque, ravalement de façade, etc. Journalistes Communiqué de presse Clients 7107 Mar 20/02/2024 - 09:10 Bleu foncé (#001A70) Gauche groupe_edf_fr/fr/bnp-paribas-et-le-groupe-edf-signent-un-partenariat-pour-accompagner-les-clients-particuliers-de-la-banque-dans-la-renovation-energetique-de-leur-logement

  • RESULTATS ANNUELS 2023 Production nucléaire en France en forte progression Bonne performance opérationnelle d’ensemble Nouvelle politique commerciale Réduction de la dette financière nette Trajectoire 1,5°C validée par Moody’s  
    par Anonyme le 16 février 2024 à 6h49

    RESULTATS ANNUELS 2023 Production nucléaire en France en forte progression Bonne performance opérationnelle d’ensemble Nouvelle politique commerciale Réduction de la dette financière nette Trajectoire 1,5°C validée par Moody’s   Anonyme Ven 16/02/2024 - 07:49 CP-FY-2023-V16.02.2024.pdf CP-FY-2023-V16.02.2024.pdf (669.44 Ko) Performance  Chiffre d’affaires : 139,7 Mds€EBITDA : 39,9 Mds€EBIT : 13,2 Mds€Résultat net part du Groupe : 10,0 Mds€Endettement Financier Net : 54,4 Mds€ - ratio EFN/EBITDA : 1,36xDette Economique Ajustée : 86,3 Mds€ - ratio DEA/EBITDA ajusté : 2,26xLes résultats exceptionnels du Groupe s’expliquent par une très bonne performance opérationnelle avec une hausse importante de 41,4 TWh de la production nucléaire en France dans un contexte de prix historiquement élevés. Cela fait suite à une année 2022 marquée par une baisse brutale de la production nucléaire en France relatif au phénomène de la corrosion sous contrainte et les mesures régulatoires exceptionnelles en vue de limiter la hausse des prix pour les consommateurs. Ces résultats permettent une réduction de la dette financière nette. En 2023, EDF engage des actions clés pour l’avenir Nouvelle politique commercialeAfin d’offrir plus de visibilité des prix et de compétitivité pour les clients, le Groupe déploie une nouvelle politique commerciale via les mises aux enchères de volumes d’électricité à 4 et 5 ans sur le marché de gros et la commercialisation de contrats moyen terme de fourniture d’électricité. Par ailleurs, le Groupe développe des partenariats industriels de long terme adossés au parc nucléaire historique (contrats d’allocation de production nucléaire). Accompagner les clients dans la réduction de leur empreinte carbone : Décarbonation des usages : les 12,4 millions de tonnes d’émissions de CO2 évitées par les clients en 2023 traduisent l’action d’EDF auprès de ses clients, en faveur de plus de sobriété et d’électrification des usages. Le nombre de pompes à chaleur installées est en hausse de 30 %, ainsi que celui des installations photovoltaïques en toiture et ombrières de parking, en hausse de 60 %. Dans la mobilité électrique, le nombre de points de charge déployés ou gérés a progressé de 21 %. Hausse de 1,5 % du portefeuille de clients des pays du G4 () à fin 2023. Produire plus d’électricité bas carbone : 1er investisseur et 1er producteur mondial d’électricité décarbonée () disponible à la demande et à chaque instant, avec 434 TWh en 2023, soit 93 % de sa production, EDF a une intensité carbone parmi les plus faibles au monde de 37 gCO2/kWh, en baisse de 26 % par rapport à 2022. En France, la hausse de 41,4 TWh de la production nucléaire à 320,4 TWh, dans le haut de l’estimation annoncée pour l’année, reflète la très bonne performance opérationnelle. Ce redressement s’explique par la maîtrise des chantiers de réparation de la corrosion sous contrainte et des arrêts de tranche grâce à l’efficacité et la réactivité des équipes conduisant à une meilleure disponibilité du parc. 46 réacteurs étaient disponibles début janvier 2024, représentant 50 GW. 15 des 16 réacteurs les plus sensibles au phénomène de corrosion sous contrainte sont réparés à fin 2023 et le dernier sera traité lors de sa visite décennale qui commence en février 2024. De plus, le programme 2023 de contrôles des soudures réparées lors de la construction a été finalisé. EDF a émis avec succès sa 1ère émission obligataire verte dédiée au financement du parc nucléaire existant pour un montant de 1 Md€. Les estimations de production nucléaire en France sont confirmées dans les fourchettes 315-345 TWh pour 2024, 335-365 TWh pour 2025 et 2026 ([ii]). La hausse de 6,3 TWh de la production hydraulique en France ([iii]) à 38,7 TWh s’explique par des taux de disponibilité élevés et de meilleures conditions hydrauliques. La hausse de 14 % de production éolienne et solaire à 28,1 TWh est due notamment aux nouvelles capacités installées (dont Al Dhafra - 2,1 GW), pour atteindre 15,1 GW nets. Le portefeuille de projets éoliens et solaires est également en hausse de 15 %, à 98 GW bruts. EDF poursuit la décarbonation de la production thermique avec la conversion à la biomasse liquide de la centrale au fioul de Port Est (212 MW) permettant une production d’EDF 100 % renouvelable à la Réunion. EDF poursuit le développement de ses nouveaux projets nucléaires : Flamanville 3 : réussite des essais de requalification d’ensemble de l’installation en vue du chargement du combustible prévu en mars 2024 (). Nouveau nucléaire britannique : Hinkley Point C : Nouveau planning de démarrage de la production de l'Unité 1 autour de 3 scénarios : une organisation du projet pour 2029, un cas de base en 2030 et un scenario défavorable en 2031 ([ii]). Nouveau coût à terminaison : 31 à 34 Mds£2015 (le scenario défavorable se traduirait par un coût supplémentaire de 1 Md£2015). Dépréciation de 12,9 Mds€ des actifs HPC et du goodwill d’EDF Energy ([iii]). Depuis fin 2023, la construction est financée par les actionnaires sur une base volontaire et EDF finance actuellement l’intégralité des coûts. Sizewell C : poursuite du travail préparatoire du projet. EPR2 : demandes d’autorisation pour construire la 1ère paire de réacteurs EPR2 sur le site de Penly déposées et site de Bugey choisi pour accueillir 2 futurs EPR2, après le choix de Penly et Gravelines. EPR1200 : EDF présélectionné pour poursuivre le processus d’appel d’offres pour la construction de 1 à 4 réacteurs EPR1200 en République tchèque. Nuward SMR : pré-évaluation pour le développement d’un design standardisé par un collectif étendu d’autorités de sûreté nucléaire européennes. Le groupe a défini de nouvelles ambitions de réduction d’émissions de CO2 avec l’objectif d’atteindre zéro émission nette de CO2 à horizon 2050 : Une réduction des émissions du scope 1 par rapport à 2017 de 60 % en 2025, 70 % en 2030 et 80 % en 2035. Une intensité carbone de 30 gCO2/kWh en 2030 et 22 gCO2/kWh en 2035. Selon l’évaluation de Moody’s (), la trajectoire de réduction d’émissions de CO2 du Groupe est en ligne avec un scénario de réchauffement de +1,5 °C. Développer les réseaux pour faire face aux défis de la transition énergétique : Les raccordements par Enedis d’installations d’énergie renouvelable progressent d’environ 120 % et ceux des bornes de recharge de véhicules électriques de 80 %. Les investissements d’Enedis, EDF SEI (Systèmes Énergétiques Insulaires) et Electricité de Strasbourg sont en hausse de 11 % en lien essentiellement avec celle des raccordements et la transition énergétique. L’électricité a été rétablie en 5 jours pour 95 % des clients après la tempête Ciarán. Le seuil du million de compteurs numériques installés par EDF SEI a été franchi à fin 2023. Enedis reconnue 1ère grande entreprise à mission du secteur de l’énergie en juin 2023. Développer les solutions de flexibilité pour répondre aux besoins du système électrique via : les STEP hydrauliques, comme celle de Hatta aux Emirats Arabes Unis (250 MW - 1 500 MWh de stockage) en contrat d’ingénierie, celle de Vouglans Saut-Mortier en France (87 MW) ; la forte hausse de 0,8 GW du portefeuille de projets de stockage sécurisés (à 1,7 GW à fin 2023) ; les projets de batteries (comme au Royaume-Uni pour 173 MW et en Afrique du Sud pour 257 MW) ; la nette hausse de 33 % des stations de recharge intelligentes exploitées, notamment par Izi Smart Charge pour les véhicules électriques en fonction des contraintes du réseau. Le Conseil d’administration d’EDF, réuni le 15 février 2024 sous la présidence de Luc Rémont, a arrêté les comptes consolidés clos le 31 décembre 2023. Luc Rémont, Président-Directeur Général d’EDF a déclaré : « L’année 2023 marque le retour de la performance opérationnelle de l’entreprise à un meilleur niveau après une année 2022 impactée par des difficultés industrielles et par les effets défavorables d’une régulation exceptionnelle. Ces résultats solides permettent à EDF d’être au rendez-vous de ses objectifs financiers et de réduire sa dette financière. Ces résultats traduisent également l’engagement de l’ensemble des équipes d’EDF pour redresser la production, proposer des offres commerciales adaptées à nos clients et des solutions innovantes pour répondre aux besoins du système électrique. Enfin, en 2023, nous avons engagé des actions clés pour notre avenir avec un travail profond de transformation et d’amélioration de notre efficacité ce qui nous met en bonne voie pour rester le 1er producteur d’énergie décarbonée, compétitive et disponible à chaque instant. Je suis convaincu que toutes ces actions continueront de porter leurs fruits dans les années à venir. » Objectifs 2026 ()Endettement financier net / EBITDA : ≤ 2,5xDette économique ajustée / EBITDA ajusté ([ii]) : ≤ 4x  NB : l'ensemble du communiqué de presse est disponible dans le fichier PDF ci-contre   () Sur la base du périmètre et des taux de change au 01/01/2024 et d’une hypothèse de production nucléaire en France relative au parc actuellement en service de 315 - 345 TWh en 2024 et 335 – 365 TWh en 2025 et 2026. ([ii]) Ratio à méthodologie S&P constante.    () Cf. Rapport d’évaluation « Net Zero Assessment » () Des risques d’écarts des composants, équipements ou parties d’équipements livrés par les prestataires et fournisseurs d’EDF pourraient conduire, après analyse et si les écarts étaient confirmés, à une justification ou correction des écarts et, le cas échéant, à des retards sur le planning de démarrage ([ii]) Cf. communiqué de presse du 23 janvier 2024. Planning précédent pour l’Unité 1 : juin 2027 et ancien coût : 25 - 26 Mds£2015 (cf. CP du 19 mai 2022). ([iii]) Voir note 10.8 de l’annexe aux comptes consolidés au 31/12/2023 () EDF 1er producteur mondial d’électricité décarbonée selon Enerdata en 2022 ([ii]) Estimation de production nucléaire relative au parc actuellement en service ([iii]) Production hydraulique hors activité insulaire avant déduction de la consommation du pompage. La production hydraulique totale cumulée nette de la consommation du pompage représente 33,0 TWh en 2023 (25,0 TWh en 2022).   () 40,9 millions de clients décomptés par point de livraison en France, Royaume-Uni, Italie, Belgique. Un client peut avoir 2 points de livraison. NB : l'ensemble du communiqué de presse est disponible dans le fichier PDF ci-contre Journalistes Communiqué de presse Finances 7050 Ven 16/02/2024 - 07:45 Bleu foncé (#001A70) Gauche groupe_edf_fr/fr/resultats-annuels-2023-production-nucleaire-en-france-en-forte-progression-bonne-performance-operationnelle-densemble-nouvelle-politique-commerciale-reduction-de-la-dette-financiere-nette-trajectoire-15degc-validee-par-moodys

  • Point d’actualité sur le projet Hinkley Point C  
    par Anonyme le 23 janvier 2024 à 18h17

    Point d’actualité sur le projet Hinkley Point C   Anonyme Mar 23/01/2024 - 19:17 Hinkley-Point-C-CP-23012024.pdf Hinkley-Point-C-CP-23012024.pdf (148.22 Ko) Au cours des derniers mois, le projet Hinkley Point C a franchi une série d’étapes importantes : le dôme sur le bâtiment réacteur de l’unité 1 a été posé le 15 décembre 2023, le design détaillé associé à la prochaine phase de travaux électromécaniques a été finalisé, 70 % des équipements qui seront installés sur l’unité 1 sont livrés, les générateurs de vapeur sont construits et prêts à être livrés, les essais du système britannique d’instrumentation et de contrôle sont déjà en cours. Pour rappel, le groupe avait indiqué le 19 mai 2022[1] que le démarrage de la production d’électricité était prévu en juin 2027. Le risque de report supplémentaire de la livraison des deux unités était alors évalué à 15 mois. Le coût à terminaison du projet était estimé entre 25 et 26 Mds £2015[2]. Une revue du projet Hinkley Point C vient d’être finalisée et conduit à la réévaluation suivante du calendrier, et du coût de la construction des deux réacteurs : En termes de calendrier, un démarrage de la production d’électricité de l'Unité 1 vers la fin de la décennie est désormais envisagé. Plusieurs scénarios sont considérés : Le premier scénario, autour duquel le projet est organisé, correspond à un objectif de démarrage de la production de l’Unité 1 en 2029. Ce planning repose sur une productivité cible pour les montages électromécaniques, sous-tendue par la mise en œuvre de plans d'actions en cours d'élaboration. Un second scénario (cas de base), tenant compte des risques inhérents à la réussite de ces plans d’actions, à la montée en puissance de ces montages et au calendrier des essais, conduit à un démarrage de la production en 2030. Enfin, compte tenu de la complexité du projet, un scénario défavorable pourrait conduire à un démarrage de la production d’électricité de l'Unité 1 en 2031, soit 12 mois supplémentaires par rapport au cas de base. Dans les deux premiers scénarios, le coût à terminaison du projet est évalué dans une fourchette entre 31Mds£ et 34Mds£2015selon les cas de figure. Le coût du Génie Civil et l’allongement de la durée de la phase électromécanique (ainsi que sa conséquence sur les autres lots) sont les deux principales causes de cette révision du coût de construction.Dans le scénario de calendrier défavorable, le cout supplémentaire serait d’environ 1 Md£2015 Le projet continue de capitaliser sur le retour d’expérience de la construction des 4 autres EPR dans le monde.Il sera une source majeure d'approvisionnement en électricité peu carbonée pour le Royaume-Uni, dont il assurera environ 7% de la consommation nationale.   [1] Cf. communiqués de presse d’EDF du 27 janvier 2021 et du 19 mai 2022.   [2] En livres sterling de 2015, hors intérêts intercalaires, à un taux de change de référence du projet de 1 livre sterling = 1,23 euros.   Journalistes Communiqué de presse Energie nucléaire International 7005 Mar 23/01/2024 - 19:15 Bleu foncé (#001A70) Gauche groupe_edf_fr/fr/point-dactualite-sur-le-projet-hinkley-point-c

  • EDF investit dans Spotr pour accélérer la décarbonation du logement
    par Anonyme le 23 janvier 2024 à 9h03

    EDF investit dans Spotr pour accélérer la décarbonation du logement Anonyme Mar 23/01/2024 - 10:03 EDF-investit-dans-Spotr.pdf EDF-investit-dans-Spotr.pdf (162.09 Ko) Paris, le 23 janvier 2024 – Spotr, start-up néerlandaise spécialisée dans l’inspection automatisée des bâtiments et alimentée par l’intelligence artificielle, annonce avoir obtenu un financement de 4,5M €. EDF a pris part à cet investissement via EDF Pulse Ventures[1], ainsi que les investisseurs historiques Volta Ventures et InnovationQuarter. Les fonds obtenus vont permettre à Spotr de se rapprocher de son ambition : développer la base de données imagées la plus fiable et la plus importante au monde. Cet investissement permettra également à Spotr d’accélérer la décarbonation du logement et de lutter contre la sous-assurance. Spotr a développé une plateforme d’inspection automatisée des bâtiments, permettant d’accéder instantanément aux caractéristiques physiques et énergétiques : mesure des toits, façades, fenêtres, identification des dommages, caractéristiques et données énergétiques. L'obtention de ces données immobilières à grande échelle a toujours été difficile, en raison de sources de données obsolètes voire indisponibles, ou souvent limitées à certains pays. La seule alternative fiable était jusqu’alors de procéder à une inspection physique, laissant 98 %[2]des propriétés non-inspectées. Spotr a pour objectif d’analyser chaque année 100 % de ces biens non-inspectés afin de lutter contre la sous-assurance et accélérer la rénovation énergétique des bâtiments. Spotr se distingue par sa capacité à scanner des propriétés dans plusieurs pays et à fournir des résultats très rapidement, offrant également une utilisation simple à ses clients. Pour cela, Spotr agrège des images de différentes sources, notamment satellite ou images de rue, en partant d’une simple liste d'adresses fournies par ses clients. La start-up construit ensuite un jumeau digital complet de chaque propriété et utilise le machine learning et l’intelligence artificielle pour effectuer des inspections d'images à grande échelle. Cela permet in fine d’identifier des caractéristiques telles que les matériaux extérieurs du bâtiment, sa taille, son état et sa typologie. Plusieurs entités au sein du groupe EDF sont en discussion avec Spotr, en France mais également à l’étranger, pour utiliser sa plateforme afin de faciliter la décarbonation des secteurs résidentiel et commercial en Europe. Avec cet investissement, nous avons élargi notre équipe de direction avec deux entrepreneurs expérimentés à succès », déclare Dirk Huibers, cofondateur et PDG de Spotr. « Bart Jan Hin, ancien CCO de Rodeo, est devenu CCO et Sander Mulders, ancien fondateur de Geophy, est devenu CTO. Grâce à ces recrutements clés, nous allons étendre notre technologie, initialement conçue pour les bailleurs sociaux, au secteur de l'assurance. Cela nous permet de proposer nos services à de grandes entreprises comme Zurich et à des propriétaires immobiliers locaux comme Alliantie. Notre ambition est d'inspecter 15 millions de propriétés dans les deux prochaines années. Dirk Huibers, CEO de Spotr Décarboner le logement, responsable de 36 % des émissions de gaz à effet de serre en Europe[3], fait directement écho à la raison d'être du groupe EDF. La technologie développée par Spotr nous permet de qualifier efficacement les besoins des clients, et ainsi leur proposer très rapidement des solutions concrètes en matière d’efficacité énergétique et de production d’énergie décentralisée, comme l’installation de panneaux solaires sur leur toit par exemple. Julien Villeret, Directeur de l’innovation du groupe EDF [1] EDF Pulse Ventures identifie de nouvelles activités et des solutions innovantes, et les investissements correspondants sont portés par EDF Pulse Holding. [2] D’après la base de données de Spotr. [3] https://www.precarite-energie.org/union-europeenne-et-climat-marche-car… Pour aller plus loin EDF Pulse Ventures, l’investisseur dédié aux start-up engagées pour un monde bas carbone Journalistes Communiqué de presse Innovation 6963 Mar 23/01/2024 - 10:00 Bleu foncé (#001A70) Gauche groupe_edf_fr/fr/edf-investit-dans-spotr-pour-accelerer-la-decarbonation-du-logement Service de Presse

  • Le groupe EDF ouvre les candidatures pour l’édition 2024 des Prix EDF Pulse
    par Anonyme le 15 janvier 2024 à 14h52

    Le groupe EDF ouvre les candidatures pour l’édition 2024 des Prix EDF Pulse Anonyme Lun 15/01/2024 - 15:52 CP_Prix-EDF-Pulse-2024.pdf CP_Prix-EDF-Pulse-2024.pdf (243.02 Ko) Les Prix EDF Pulse ont pour objectif de soutenir et de valoriser celles et ceux qui imaginent le monde décarboné de demain en proposant des solutions innovantes pour avancer ensemble vers la neutralité carbone. En 2024, EDF récompensera les projets les plus novateurs et porteurs de progrès dans les domaines liés à la décarbonation. Les start-up ainsi que les projets internes au groupe EDF[1] ont jusqu’au 1er mars 2024 pour soumettre leur candidature. Pour cette nouvelle édition, EDF a défini 5 catégories en lien avec sa raison d’être qui est de construire un avenir énergétique neutre en CO₂, conciliant préservation de la planète, bien-être et développement, grâce à l'électricité et à des solutions et services innovants : Rendre le client acteur de sa décarbonation : pour celles et ceux qui accélèrent le développement des solutions et services permettant la décarbonation des usages en les simplifiant et en les rendant accessibles au plus grand nombre. Optimiser et accélérer la production et le stockage d’électricité décarbonée : pour celles et ceux dont le projet permet d’optimiser la performance des moyens de production et de stockage d’électricité décarbonée ou d’accélérer le développement de nouvelles solutions. Développer des systèmes énergétiques décentralisés rentables : pour celles et ceux qui proposent des innovations pertinentes pour répondre à la croissance de la demande d'autonomie énergétique (immeuble, collectivité, industrie). Développer des solutions de captage, de valorisation et de compensation carbone : pour celles et ceux qui développent de nouvelles solutions de captage, de compensation de qualité et de valorisation du carbone capté. Contribuer aux chantiers d’excellence opérationnelle du groupe EDF : catégorie réservée exclusivement aux projets internes visant à identifier des solutions innovantes pour renforcer la performance globale du Groupe. Les candidatures seront examinées par un comité d’experts et des jurys composés de dirigeants et dirigeantes du groupe EDF. Les start-up lauréates de chaque catégorie se verront attribuer une dotation financière à hauteur de 20 000 € et bénéficieront d’un accompagnement sur-mesure pour envisager des synergies avec le groupe EDF. Par ailleurs, à l’issue du concours, tous les lauréats seront réunis pour découvrir l’écosystème d’EDF à l’occasion de rencontres avec des porteurs de projets innovants et des dirigeants de l’entreprise. Ils intégreront également le réseau des alumni Prix EDF Pulse composé des lauréats des précédentes éditions. Depuis 2014, les Prix EDF Pulse ont permis de mettre en valeur plus de 3 600 projets innovants. Parmi ces projets, près de 200 ont bénéficié d’un accompagnement individuel permettant l’accélération de leur développement. Une édition 2024 en quatre étapes 15 janvier - 1er mars 2024 Phase de candidature 12 avril 2024 Annonce des projets finalistes 6 mai - 17 juillet 2024 Coaching et préparation des finalistes 18 juillet 2024 Pitch des start-up finalistes  et remise des Prix Une plateforme unique pour les candidats Cette année encore, les salariés du groupe EDF concourront aux mêmes catégories que les start-up. Le jury récompensera un projet interne et une start-up pour les quatre premières catégories. Pour participer, les start-up et salariés du Groupe peuvent déposer leur dossier de candidature sur le site edf-prix-pulse.yoomap.fr jusqu’au 1er mars 2024. Pour la 10ème année, les Prix EDF Pulse récompensent les innovateurs qui façonnent le monde décarboné de demain. Face à l’urgence climatique, nous avons besoin de l’énergie de ces entrepreneurs, qui nous inspirent et nous poussent à nous surpasser. Au travers des Prix EDF Pulse 2024, nous lançons un appel à toutes les candidatures, internes et externes au Groupe, pour accélérer le développement des solutions qui nous permettront de relever ce défi. Nous vous invitons à rejoindre cette communauté d’acteurs du changement, qui partagent notre vision d’une énergie neutre en CO₂, conciliant préservation de la planète, bien-être et développement.  Julien Villeret, Directeur de l’innovation du groupe EDF Tout savoir sur les Prix EDF Pulse [1] Filiales comprises. Journalistes Communiqué de presse Innovation 6909 Lun 15/01/2024 - 00:00 Bleu foncé (#001A70) Gauche groupe_edf_fr/fr/le-groupe-edf-ouvre-les-candidatures-pour-ledition-2024-des-prix-edf-pulse

  • Estimation de production nucléaire en France en 2026  
    par Anonyme le 21 décembre 2023 à 8h07

    Estimation de production nucléaire en France en 2026   Anonyme Jeu 21/12/2023 - 09:07 CP-Estimation-de-production-nucleaire-21.12.2023.pdf CP-Estimation-de-production-nucleaire-21.12.2023.pdf (137.23 Ko) L’estimation de production nucléaire d’EDF en France en 2026 est comprise entre 335 et 365 TWh (1). L’estimation de production nucléaire en France est confirmée dans la fourchette 315-345 TWh pour 2024 et 335-365 TWh pour 2025 ([1]).     ([1]) Estimation de production nucléaire relative à son parc actuellement en service (Eléments détaillés sur le projet Flamanville 3 sur les sites de publication REMIT). Journalistes Communiqué de presse Energie nucléaire 6873 Jeu 21/12/2023 - 09:05 Bleu foncé (#001A70) Gauche groupe_edf_fr/fr/estimation-de-production-nucleaire-en-france-en-2026

  • NUWARD et EDF sont fiers de démarrer la deuxième phase de la Joint Early Review du design de NUWARD SMR, avec un collectif étendu d’autorités de sûreté nucléaire européennes.    
    par Anonyme le 19 décembre 2023 à 17h32

    NUWARD et EDF sont fiers de démarrer la deuxième phase de la Joint Early Review du design de NUWARD SMR, avec un collectif étendu d’autorités de sûreté nucléaire européennes.     Anonyme Mar 19/12/2023 - 18:32 23-12-11-CP-JER-phase2-FR-v10.pdf 23-12-11-CP-JER-phase2-FR-v10.pdf (156.41 Ko) En juin 2022, EDF annonçait que son petit réacteur modulaire allait faire l’objet d’une pré-évaluation européenne menée par l’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN), en collaboration avec les autorités de sûreté tchèque (SUJB) et finlandaise (STUK) ainsi que deux de leurs appuis techniques (IRSN pour la France et SURO pour la République tchèque). Ces discussions précoces, menées en avance et en dehors de tout processus de licensing formel, ont permis à NUWARD de recevoir des premiers retours anticipés, bénéfiques aux études d’Avant-Projet Détaillé (Basic Design), et d’anticiper les défis associés aux processus de certification internationaux. Désireux de partager avec la communauté internationale les enseignements clés et le retour d’expérience de cette initiative, NUWARD et les trois régulateurs ont publié leurs rapports[1] de clôture en septembre cette année.  Fort de cette expérience sans précédent, EDF, NUWARD et un collectif élargi d’autorités de sûreté européennes ont lancé la deuxième phase de la Joint Early Review (JER) en décembre cette année. Initialement au nombre de trois, les autorités de sûreté ont été rejointes par les régulateurs suédois (SSM), polonais (PAA) et néerlandais (ANVS).L’objectif de cette nouvelle phase est de poursuivre et d’approfondir les échanges anticipés avec les autorités de sûreté de pays stratégiques pour le développement de NUWARD SMR en Europe, et d’identifier les facteurs clés et les conditions à réunir pour que NUWARD SMR puisse répondre aux attentes en matière de licensing dans ces pays.La Joint Early Review inclura de nouveaux sujets techniques avec un processus similaire à la première phase, ainsi que des échanges complémentaires sur la manière dont NUWARD prévoit de prendre en compte le retour de la JER dans son design.De plus, ces échanges permettront aux participants de renforcer leur collaboration et d’améliorer leurs connaissances respectives des pratiques réglementaires des autres régulateurs. Renaud Crassous, Président Exécutif de NUWARD, a déclaré : « Cette pré-évaluation conjointe permet d’intégrer le plus tôt possible les attentes internationales dans le design de NUWARD SMR et de développer un design standardisé, acceptable par les régulateurs de plusieurs pays. Plus largement, à travers cette initiative innovante, nous sommes également fiers de contribuer à la création des conditions visant à rationaliser et harmoniser les procédures de certification des SMR dans l’Union Européenne. »     [1] Accéder aux rapports : NUWARD summary report and European safety regulators’ report   Journalistes Communiqué de presse Energie nucléaire International 6831 Mar 19/12/2023 - 18:00 Bleu foncé (#001A70) Gauche groupe_edf_fr/fr/nuward-et-edf-sont-fiers-de-demarrer-la-deuxieme-phase-de-la-joint-early-review-du-design-de-nuward-smr-avec-un-collectif-etendu-dautorites-de-surete-nucleaire-europeennes

  • EDF annonce l’exercice de l’option de remboursement de souches d’obligations hybrides USD en circulation  
    par Anonyme le 14 décembre 2023 à 17h13

    EDF annonce l’exercice de l’option de remboursement de souches d’obligations hybrides USD en circulation   Anonyme Jeu 14/12/2023 - 18:13 CP-Remboursement-hybrides-Jan-24-14.12.2023.pdf CP-Remboursement-hybrides-Jan-24-14.12.2023.pdf (142.69 Ko) Les termes comportant une majuscule utilisés dans le présent communiqué de presse auront la signification qui leur est donnée dans l’Offering Memorandum du 14 janvier 2014 relatif aux Obligations émises le 22 janvier 2014. Le 14 décembre 2023, EDF (BBB stable S&P / Baa1 stable Moody’s / BBB+ stable Fitch) annonce l’exercice de l’option de remboursement des Obligations hybrides USD en circulation (ISIN US268317AM62 et USF2893TAM83) d’un montant total de 595 641 000 USD. Toutes lesdites Obligations actuellement en circulation feront l’objet d’un remboursement à la Première Date d'Appel (le 22 janvier 2024), comme indiqué à la section " Remboursement " de la Description des Obligations dans l’Offering Memorandum.   Journalistes Communiqué de presse Finances 6780 Jeu 14/12/2023 - 18:00 Bleu foncé (#001A70) Gauche groupe_edf_fr/fr/edf-annonce-lexercice-de-loption-de-remboursement-de-souches-dobligations-hybrides-usd-en-circulation

  • Le consortium entre EDF, TotalEnergies et Sumitomo Corporation signe un accord de développement conjoint avec le gouvernement du Mozambique pour le projet hydroélectrique Mphanda Mkuwa de 1500 MW
    par Anonyme le 13 décembre 2023 à 11h04

    Le consortium entre EDF, TotalEnergies et Sumitomo Corporation signe un accord de développement conjoint avec le gouvernement du Mozambique pour le projet hydroélectrique Mphanda Mkuwa de 1500 MW Anonyme Mer 13/12/2023 - 12:04 CP_Strategic-Partner_MNK_VDEF-FR-13122023.pdf CP_Strategic-Partner_MNK_VDEF-FR-13122023.pdf (171.17 Ko) Paris le 13 décembre 2023 – Le consortium entre EDF (40 %), TotalEnergies (30 %) et Sumitomo Corporation (30 %) a le plaisir d’annoncer qu’il a été sélectionné comme partenaire stratégique par le gouvernement du Mozambique. Les partenaires publics et privés ont conclu un accord pour le développement du projet hydroélectrique Mphanda Nkuwa (MNK). D’une capacité de 1500 MW, MNK est un projet de centrale hydroélectrique au fil de l’eau, située sur le fleuve Zambèze, à 60 kilomètres de la ville de Tete.EDF, membre principal du consortium, contribue à celui-ci par son expertise reconnue dans l’hydroélectricité, notamment en Afrique subsaharienne. TotalEnergies exploitera son savoir-faire en matière de grands projets énergétiques intégrés et complexes, en particulier en Afrique.  Sumitomo Corporation facilitera le financement stratégique en tirant parti de ses réalisations passées avec des producteurs d’électricité indépendants du monde entier et notamment en Afrique subsaharienne. Le consortium développera conjointement MNK avec Gabinete de Implementação do Projecto Hidroeléctrico de Mphanda Nkuwa (GMNK), Electricidade de Moçambique (EDM) et Hidroeléctrica de Cahora Bassa (HCB). EDM et HCB détiendront 30 % du projet et le consortium, 70 %. Le consortium, EDM et HCB, a également conclu un accord-cadre avec le ministère de l’Energie et des Ressources naturelles (MIREME) du Mozambique. Il préfigure le futur contrat de concession.   Le projet MNK augmenterait de plus de moitié la capacité de production d’électricité du pays et pourrait alimenter plus de 3 millions de foyers au Mozambique et dans les pays limitrophes, favorisant ainsi la croissance socio-économique en Afrique australe. Elle contribuerait également à la transition énergétique de la région par la production d’une électricité fiable, compétitive et renouvelable. La prochaine étape du projet consistera à réaliser des études complémentaires, dont les résultats permettront de déterminer les meilleures solutions en termes d’impact environnemental et social, tout en garantissant la viabilité technique et financière du projet. Soutenu par la Banque africaine de développement et la Banque mondiale, par le biais de la SFI (Société financière internationale), le projet appliquera les normes internationales les plus exigeantes sur le plan environnemental, social et de la gouvernance. Le consortium suivra rigoureusement les étapes et la méthodologie requises et travaillera en étroite collaboration avec toutes les parties prenantes avant la mise en œuvre du projet.  « Nous nous réjouissons d’apporter notre pierre à l’édifice du projet Mphanda Nkuwa, car il s’agit là d’une excellente occasion de mettre notre expertise technique en hydroélectricité ainsi que notre fort engagement environnemental et social au service des populations locales et de la biodiversité. Ce projet, qui améliorera considérablement l’accès à l’électricité dans la région, est pleinement en phase avec l’ambition d’EDF de construire un avenir énergétique neutre en CO2, favorisant le développement, grâce à l’électricité et à des solutions et services innovants », a déclaré Béatrice Buffon, Directrice Exécutive Groupe en charge de la Direction Internationale d’EDF. « TotalEnergies est ravi de pouvoir étendre sa présence au Mozambique au-delà du projet Mozambique LNG avec un investissement important dans les énergies renouvelables, qui bénéficiera à la population du Mozambique. C'est un nouvel exemple de la capacité de TotalEnergies à mettre en œuvre sa stratégie multi-énergies dans les pays pétroliers et gaziers pour les accompagner dans leur transition énergétique », ont déclaré Mike Sangster, Directeur Afrique et Vincent Stoquart, Directeur Renewables de TotalEnergies. « Nous sommes heureux de participer à Mphanda Nkuwa. Ce projet hydroélectrique permettra un meilleur accès à l’électricité dans la région et fera de la zone un hub d’énergie verte pour les pays d’Afrique australe. Afin d’atteindre l’objectif de neutralité carbone à horizon 2050 et de contribuer à l’émergence d’une société durable, Sumitomo Corporation compte accompagner des projets d’énergies renouvelables toujours plus nombreux à l’avenir », a déclaré Koichi Taniguchi, directeur général, Division Infrastructures électriques Monde.   Journalistes Communiqué de presse Energie hydraulique International 6741 Mer 13/12/2023 - 12:00 Bleu foncé (#001A70) Gauche groupe_edf_fr/fr/le-consortium-entre-edf-totalenergies-et-sumitomo-corporation-signe-un-accord-de-developpement-conjoint-avec-le-gouvernement-du-mozambique-pour-le-projet-hydroelectrique-mphanda-nkuwa-de-1500-mw