Face aux difficultés d’EDF, les syndicats montent au créneau. Pour donner un nouvel élan au géant tricolore de l’énergie, ils réclament une hausse « immédiate » du tarif de l’électricité nucléaire à bas prix. « Réévaluer dès maintenant le prix de l’AReNH à au moins 48 euros » par mégawattheure (MWh) « prouverait » que la « priorité » du gouvernement « est bien de donner à EDF les moyens d’investir dans le modèle français de transition énergétique bas carbone », estime cette intersyndicale qui réclame de nouveau le retrait du projet Hercule de réorganisation d’EDF.

Une telle hausse de l’AReNH serait « une mesure de justice économique et industrielle » car son « maintien à 42 euros est plus que jamais un contresens économique », considèrent les quatre syndicats dans un communiqué commun. « Puisque gouvernement, Commission de régulation de l’énergie (CRE) et Commission européenne s’accordent sur la nécessité d’un prix du nucléaire plus juste afin de réellement couvrir les coûts, le gouvernement doit sans plus attendre réévaluer le prix de l’AReNH à 48 euros par MWh au moins, comme le préconise la CRE », jugent ces syndicats.

Lire la suite…

Publication : Capital – 26/03/2021